Nos vies ne sont pas des algorithmes

Nos vies ne sont pas des algorithmesLes voies qui mènent à la découverte sont parfois complexes, et le hasard, né de cette faculté qu’ont les individus de deviner de façon intuitive ce qui est encore inconnu, s’immisce souvent dans ce cheminement.

Imaginez comment vous êtes arrivé ici : vous naviguiez sur la toile à la recherche d’une information, et de clics en clics vous voilà à lire cet article. Au départ, vous n’aviez jamais entendu parlé de ZeK. Mais voilà, la sérendipité est la possibilité de découvrir des contenus inattendus, surprenants, originaux, qui vous apportent quelque chose tout en ouvrant de nouvelles perspectives.

Internet est le meilleur outil pour faire disparaître le hasard de nos vies. Sans forcément vous en rendre compte, lorsque vous visitez un site internet ou que vous naviguez sur un moteur de recherche, vos informations de géo-localisation sont enregistrées, l’historique de vos visites est analysée et une multitude de données vous concernant sont stockées dans de lointains serveurs. Sur votre téléphone portable, vos e-mails et vos courriers sont étudiés sémantiquement. En apprenant tout de vos goûts, de vos attentes, de vos envies, de vos habitudes et de vos fréquentations, en recommandant sans cesse les contenus qui vous plaisent, Internet finit, à terme, par vous proposer ce que vous attendez sans que vous ayez à bouger le petit doigt.

Cela vous apporte confort et commodité de navigation ? J’en conviens, Internet est un outil libre. Mais en poussant la méthode de la personnalisation jusqu’à son paroxysme, votre moteur de recherche préféré ne fera que bâillonner le web, en modérant la variété et la découverte, au profit d’une information que l’on vous recommande, servie sur un plateau. Alors, quel est le prix à payer pour la pertinence de vos recherche ? La capacité de calculer vos préférences, de transformer vos intérêts en algorithmes et vos désirs en suite de chiffres fini par bannir, progressivement, tout imprévu dans notre style de vie numérique.

Êtes-vous prêts à échanger votre vie difficile (mais passionnante) au profit d’un quotidien prévisible ? Un monde entièrement régi par des algorithmes n’est pas seulement terne et ennuyeux. C’est aussi le reflet d’une société commerciale parfaitement individualisée. Dans son roman Les Misérables, Victor Hugo fait état de « Ces grandes coïncidences dont l’Histoire est friande […] L’ordre des Choses ne peut se faire sans elles. » Aujourd’hui, les grandes coïncidences ne sont plus l’autorité. Même les plus petites !

Si tout devient formaté, nous perdrons cet enrichissement propre aux hasards. Pour évoluer tels des êtres Humains, nous avons besoin de toutes ces coïncidences, ces découvertes inattendues, ces rencontres fortuites avec l’inconnu. Elles nous inspirent et nous permettent de voir le monde différemment, elles apportent de nouvelles dimensions aux hommes. Nous ne pouvons vivre sans coïncidences, sans ces impondérables qui sont autant de richesses, pas même sur la toile.

En sauvant la sérendipité, nous sauverons nos âmes et ce qui nous distingue des machines.

Les consciences solitaires se regroupent

> Télécharger le tract « Nos vies ne sont pas des Algorithmes«