La Bouillabaise

typo Révolution ZeKLa Bouillabaise, ce n’est pas une recette de cuisine dont on aurait mal orthographié le nom, c’est un texte anarchiste rédigé le 14 Juillet 1989, à l’occasion du bicentenaire de la Révolution Française. Ouvertement anti Républicain, c’est une parodie argotique du célèbre — mais très controversé — hymne national Français, La Marseillaise.

Initialement diffusée dans un cercle privé d’amis, La Bouillabaise a été publiée et déclamée lors du couronnement de Nicolas Sarkozy en 2007. Toujours d’actualité, chantez-là fièrement et sans modération lors de toutes manifestations politiques.

Refrain :
Aux flingues, les michetons !
Foutez-vous en pacsons !
Archons, archons !
Qu’le résineux dégouline sur nos blés !

Premier couplet

Allez poteaux d’la même galetouze,
Le dur s’est levé sur nos cafetières.
Contre nozigue de la Tyranouze,
La cravate à Gaston est en l’air (bis).
Esgourdez-vous dans vos cambrousses
Beugler ces enfoirés d’grivetons ?
Ils carburent dans vos brandillons,
Ébouffer vos mioches et vos gonzesses.

Second couplet

C’est ouack cette bande d’ébène,
De bâtards, caïds cabaleurs ?
Pour qui ces ligottes de cadenne,
camisoles qu’on veut m’foutre à c’t’heure ? (bis)
Les beaufs ! Pour cézigue, quel fumier !
Quelle balade il doit allumer ;
nozigue on en cause en clando
De nous foutre à l’Abbaye des Sots !

Troisième couplet

Ouack ! Des smalahs de rastaquouères
Qui la ramène dedans not’ taule !
Ouack ! Des barbouzes, des militaires
Qui alignent tous nos michtos ! (bis)
Dab ! Nos grattantes sont aux galères !
Et nos ardoises prennent une avène !
Ces Pharos qui ont le pouvoir
C’est pour foutre nozigue à l’Abbatoir !

Quatrième couplet

Flageole, badingouin, ratapoil,
Rachême aux menteurs diplômés !
Les escarpes battent la générale
Ils vont enfin s’prendre une branlée ! (bis)
Eh, les biffins ça va barder,
Si j’avale mon billet d’logement,
L’fralin il marche sur les brisées,
C’t’un arbif, il va au jus bandant !

Cinquième couplet

Gaulois, en fifrelins bonnards
Il nous faut crever l’apostême !
Et louper ces faces de carême,
Qu’on des flingues collés su’ l’braquemart ! (bis)
Mais ce roublard habillé de soie !
En uniforme de cardinal,
Et tous ces nobilions albaches
Qui bourlinguent l’avant-scène d’la dabuche !

Sixième couplet

La Baise christouche de not’ patelin,
Tu mènes le bal d’nos bradillons !
Et pour la cavale, j’ai le béguin,
Faut défendre ta viande aux cochons ! (bis)
Sous les tire-jus c’est la bamboche,
Y’a les gonzes qui poussent la romance !
Et les rossards qu’ont l’arme à gauche,
Y s’débinent devant telle goualante !

Paroles et chansons de Pinard de la Caillasse (1989 – 2007)