#JesoutiensMWASI

#JesoutiensMWASIEn réponse à la polémique autour du festival afroféministe Nyansapo à Paris, j’ai souhaité réagir à la position indécente de certains de mes voisins, notamment à Nantes, une ville au lourd passé esclavagiste.

À un moment donné, je pense qu’il faut savoir de quoi il est question. Parler de « race » comme facteur discriminant, ce n’est pas valider la notion de race. C’est parler du fait qu’en France, les « blancs » sont privilégiés. C’est un fait. Le colonialisme n’a pas disparu avec la fin de la traite des noirs. Saviez-vous que la traite négrière existe toujours en Mauritanie ? Je vous parle du colonialisme qui fait qu’Haïti paie une dette pour oser être un pays libre vis-à-vis de la France. De celui qui a autorisé qu’on répande des produits toxiques hautement cancérigènes dans les bananeraies en Martinique ou en Guadeloupe. Ou celui qui privilégie les descendants des colons dans les Caraïbes. Sans oublier celui qui invite Marocains et Algériens à venir travailler en France, pour ensuite nier à leurs descendants leur identité française. La liste est longue. Car pendant que nous mettions 150 ans à comprendre où nous avions échoué, les populations étrangères survivaient. Aujourd’hui, elles triment encore et continuent d’encaisser notre violence. S’il vous plaît, un peu de décence !

#JeSoutiensMwasi parce que je sais faire la différence entre ségrégation raciale et non-mixité militante.

> À lire : La non-mixité pour les Nuls (et les autres)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *