Solidarité aux Nocturnes

Résister, c’est créer. Créer, c’est résister

Avant, pendant et après le procès politique de l’incendie de la voiture de flics du Quai Valmy, lequel avait eu lieu durant le mouvement contre la Loi Travail, de nombreux véhicules de gendarmerie ont été incendiés dans de nombreuses villes de France. Au total, près de cinquante véhicules sont partis en fumée à Limoges, Toulouse, Grenoble et Meylan (Isère). 

« Des activistes en lutte contre les forces de l’ordre ont frappé fort la gendarmerie grenobloise, dans la nuit de mercredi à jeudi. Et sur son propre terrain : la vaste caserne Offner, dans le sud de la ville, a été la cible d’un important incendie. Près de 2 000 mètres carrés d’un entrepôt ont été détruits. Au moins une trentaine de véhicules de la gendarmerie ont brûlé et le vaste local technique est ravagé, y compris les bureaux. »

Source : Libération, 21 septembre 2017.

En solidarité avec les incendiaires, ZeK a décidé de réaliser une petite couverture pour le Zad News, le journal de la ZAD de Notre-Dame des Landes (Loire-Atlantique).

Solidarité Incendiaires Quai Valmy Nocturnes

Nouvelle épine dans le pied du ministère de l’Intérieur, cette action directe nous rappelle que si quelque chose va à l’encontre de notre sens moral, de nos convictions ou de nos valeurs, alors l’action est nécessaire, l’Action Directe, sans avoir recours à la médiation d’intermédiaires.

Nous connaissons le prix de la Liberté et de l’Espoir et sommes prêts à le payer s’il le faut. Nous avons foi en nos convictions et le courage de nos opinions. Le NOUS qui s’exprime ici n’est pas le NOUS d’un groupe isolé, c’est le NOUS d’une position. Contre l’État Policier, contre tous ceux qui voudraient nous expulser, une seule réponse : l’action directe !

Lettre d’habitant.E.s de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes au Président de la République Française

« L’organisation du nouveau monde social de solidarité et de justice ne se fera point sans un grand effort de pensé » — Jean Jaurès (in Le Temps, 5 août 1905).

Monsieur le Président de la République,

Devant l’évidence de la catastrophe environnementale qui nous attend, il y a ceux qui s’indignent et ceux qui prennent acte, ceux qui dénoncent et ceux qui s’organisent. Nous sommes du côté de ceux qui s’organisent.

Ce qui nous frappe aujourd’hui, ce n’est ni l’arrogance des politiques sociales actuelles, ni que ce régime à l’agonie n’ait d’autre justification à sa toute-puissance que son absurde détermination à durer. Ce qui nous frappe, c’est plutôt la paralysie qui touche toutes les classes de notre société, l’apathie face au désastre qui vient. Une léthargie de masse, qui répète tantôt qu’il n’y a rien à faire et tantôt concède qu’il y a tant à faire, ce qui n’est pas si différent.

Puis, en marge de cette léthargie, il y a notre sensibilité et nos actions communes. Pour de nombreuses luttes, nous avons prit parti. Pourtant, vous savez que nous ne sommes pas pour le folklore contestataire. La perspective de passer pour des « casseurs » nous amuse. Nous ne combattons pas un empire qui serait une sorte de conspiration planétaire de gouvernements, de réseaux financiers et de multinationales. Nous combattons partout où rien ne se passe. Partout où ça fonctionne. Là où règne la situation normale.

Le nous qui s’exprime ici n’est pas un nous isolé, le nous d’un groupe. C’est le nous d’une position. Au contraire du système actuel, lequel oppose les pauvres contre les pauvres, nous plantons les germes d’une autre forme d’organisation sociale. Notre engagement est donc un combat de défense et de libération.

Pour cela, vous nous appelez « hors-la-loi ». En réalité, c’est l’urgence de la situation qui nous libère juste de toute considération de légalité. Là où les activistes scandent « Personne n’est illégal », nous reconnaissons exactement l’inverse : une existence entièrement légale serait aujourd’hui une existence entièrement complaisante. Face au fonctionnement hiérarchique et au système répressif de l’État, nous refusons de nous résigner. Abdiquer notre liberté serait un échec pour l’humanité toute entière.

Monsieur le Président de la République, il convient de reformuler cette question : sommes-nous des hors-la-loi ou des poètes ? Si nous sommes des bandits, demain tout sera fini. Mais si nous sommes des poètes alors la ZAD est juste une étincelle.

Qui peut dire quelle sera l’issue de tout cela ? Nous ne nous sommes pas engagés qu’à la seule condition de connaître la fin. Pour cela, nous pensons qu’il est déjà trop tard. Car ce combat n’a pas commencé quand nous avons décidé de nous unir et que nous nous sommes fixé un but. Ce combat, nous y avons été jetés bien avant notre naissance…

Ici à notre-Dame-des-Landes, celles et ceux qui restent savent le prix de la liberté et de l’espoir. Nous avons la volonté saine de sauver l’à venir. Nous savons cette cause juste et notre pensée cohérente. Si vos troupes se lancent pour évacuer nos lieux de vie, notre révolte s’élancera bien au-delà de ce que vous pouviez imaginer.

Nous sommes de ces femmes et de ces hommes soucieux du devenir de leurs enfants et qui, en préservant et en nourrissant la terre, font renaître l’espérance d’une société plus juste, où la conscience à sa juste place et où les jugements n’embrouillent pas la raison.

Représenter le peuple ne signifie pas décider pour lui. Monsieur le Président de la République, écoutez-nous et ce que vous appelez « folie » prendra peut-être un sens nouveau.

Gregor, Eli, Carla, Ben, Jira
Habitant.E.s de la Zone À Défendre

> Photographie : Valk. Collectif Syndical contre l’aeroport à Notre-Dame-des-Landes et son monde – Manif du 1er Mai 2017 à Nantes.

Le voile n’est pas là où l’on pense

Femme voile burkini polémiqueBonjour. Je m’appelle Soraya. Je suis une Femme musulmane et je porte le voile. Ce voile n’est pas là pour cacher mon identité. Pourquoi me refusez-vous de ne pas souhaiter embrasser les canons de la beauté occidentale, de cacher mon visage ou d’enfiler un burkini lorsque j’accompagne des amies à la plage ?

Continue reading Le voile n’est pas là où l’on pense

Liberté, Égalité… Solidarité !

Legale Team Nantes
Legale Team © ValK

C’est dans un monde en crise, tel le nôtre aujourd’hui, que les liens solidaires entres les habitants sont les plus importants. Plus enclins à se mobiliser pour des catastrophes lointaines, les gens ont de plus en plus de mal à se solidariser sur leur propre territoire. Pourtant, l’équilibre de notre monde repose sur trois valeurs fondamentales : accepter nos responsabilités, être solidaire et tolérants. Ces valeurs, foulées du pied par le libéralisme environnant furent de tous temps et pour toutes les cultures la base de la pérennité des sociétés humaines.

Continue reading Liberté, Égalité… Solidarité !

Notre-Dame-des-landes : les 10 vérités qui dérangent

NON à l'aéroport
NON à l’aéroport © Val K.

« Notre-Dame-des-Landes : fabrication d’un mensonge d’État », écrivait récemment Françoise Verchère, ex-maire de Bouguenais, la commune d’implantation de l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique. A l’heure où les partisans du nouvel aéroport ne cessent de répéter à l’envi que le débat public a été respecté et que les opposants doivent l’admettre, la réalité est bien différente. L’analyse fine des procédures le démontre : de Nantes à Notre-Dame-des-Landes en passant par les plus hautes sphères du pouvoir, la parole donnée au public n’est qu’une simple formalité et, au fond, le pouvoir ne se partage pas. L’association indépendante et non politique Atelier Citoyen (créée en 2014) dénonce elle aussi les mensonges de nos politiques corrompus et les manipulations d’un État qui se prétend démocratique, mais dont la stratégie consiste en réalité à provoquer volontairement la saturation de l’actuel aéroport de Bouguenais, tout en imposant aux Nantais manipulés la pseudo-nécessité d’un nouvel aéroport.

Continue reading Notre-Dame-des-landes : les 10 vérités qui dérangent

Cartographie des caméras de vidéosurveillance à Nantes

Carte des caméras de surveillance à NantesÀ tous les manifestants révoltés mais trop candides, ceux qui pensent encore pouvoir se pavaner devant les flics et leur montrer leur postérieur sans avoir peur des représailles, nous répondons d’une seule voix : « mets ta cagoule ! » Car Nantes est une des villes françaises les plus surveillées. Dans un silence médiatique quasi unanime, la ville s’est d’ailleurs récemment dotée d’un CSU, un « Centre de Supervisation Urbain » polyvalent qui intègre le plus possible de systèmes de vidéoprotection et surveillance sur le territoire. Si cela vous intéresse de savoir où se cachent ces petites merveilles de technologie qui nous espionnent jour et nuit, je vous invite à venir découvrir la cartographie dynamique des caméras de surveillance à Nantes.

Continue reading Cartographie des caméras de vidéosurveillance à Nantes

Ne perds pas ta vie à la… Rêver !

La Sauvage - Genève (19 Décembre 2015)Il faut rêver ! Mais rester lucide, ça aide aussi. Contrairement à ce que rapportent les hoaxes sur Internet, il est certain que la police ne marche pas dans les mêmes pas que les manifestants. Certes, on peut se dire que sous l’uniforme il n’y a qu’un homme, mais c’est oublier les bottes à crampons et les coups de crosse dans les côtes, les cheveux arrachés, les dents cassées, les tympans perforés, les yeux énucléés et toutes celles et ceux qu’on à balancé du haut des ponts. S’il est avéré que nous ne sommes pas toujours d’accord sur ce que nous souhaitons pour demain, il est une chose pour laquelle nous sommes unanimes : c’est au sujet de ce que nous ne voulons plus. De là à fantasmer sur le jour où des flics abandonneront leur poste pour rejoindre les soulèvements du prolétariat… Si tu veux rêver l’ami-e, commence d’abord pas te réveiller. Après, t’aviseras.
Continue reading Ne perds pas ta vie à la… Rêver !

État d’Urgence : Il est urgent de désobéir !

caméra surveillance prisonLa chute du Pacte de Varsovie devait entraîner le monde dans un élan de démocratie, de liberté, d’équité et de solidarité. Hélas, il n’en est rien. Au contraire, les disparités n’ont jamais été aussi fortes. Les pays pauvres restent dominés par l’oligarchie occidentale, laquelle n’hésite pas à piller les ressources des autres pour s’enrichir honteusement. Dans les pays occidentaux, l’écart entre pauvres et riches ne cessent de s’accentuer, plongeant une partie de la population dans les bras des partis populistes, écœurée par les manœuvres politiciennes et les promesses non tenues. Les injustices et la loi du plus fort restent de mise dans notre société tant idéalisée par les néo-libéraux, lesquels décident du sort des peuples, à l’abri de leur parlement Européen. Aujourd’hui, il est temps de nous libérer de ce joug capitaliste inhumain, où l’argent vaut plus que la vie et la dignité humaine. L’exploitation des prolétaires par des patrons millionnaires, amis des politiciens qui nous dirigent, ne doit pas rester la règle dans une société qui se doit d’être plus égalitaire.

Continue reading État d’Urgence : Il est urgent de désobéir !

J’imagine une forêt…

L'Arbre de Vie - Klimt (détail)Comment l’autorité peut-elle être exercée dans un mouvement qui rejette toute forme d’autorité ? « Quiconque n’est pas moi est un agent de répression qui s’exerce à mon égard », disait le graffiti — moins connu — de mai 68. Individualisme forcené, rendant presque impossible tout leadership et, finalement, le vivre ensemble. Car, bien que nos luttes soient contre le système d’autorité, pour que celles-ci ne soient point vaines il nous faut nous rassembler autour d’un guide, une ligne directrice qui coordonnerait nos élans disparates et sauvages. Bien sûr, ce ne sera pas une personne, mais peut-être une entité symbolique, un tronc commun autour duquel se grefferaient nos multiples revendications.

Continue reading J’imagine une forêt…

JT de la Parisienne Libérée – « Ni loi, ni travail ! »

Le JT de la Parisienne LibéréeLe journal de 20h de la Parisienne Libérée, celui que vous ne verrez JAMAIS à la tv. Au sommaire de cette édition : les manifestations contre la loi El Khomri ; Candice s’adresse à la jeunesse : « alors comme ça on manifeste ? », la réforme pénale, la Loi Urvoas, les violences policières à Calais et un soleil irradiant sur la filière nucléaire. Belle journée !

Continue reading JT de la Parisienne Libérée – « Ni loi, ni travail ! »