Vos urnes sont trop petites pour nos Rêves

la servitude volontaire

À nouveau, l’heure de choisir les bergers va bientôt sonner…

Bien que troublés, les électeurs s’apprêtent à reprendre au refrain. Sous la baguette des chefs d’orchestre, tous les votards donneront de la voix. Tant pis, s’ils ne chantent pas juste. Candidats ! à vos trombones. Peuple souverain ! attention… Nous rénoverons le parlement. Une, deux ! une, deux ! Peuple ! aux urnes !… Gauche, droite ! c’est pour la République ! Une, deux ! gauche, droite ! En mesure…
— Vous n’êtes que des poires ! Zo d’Axa (1900).

« Une chose m’étonne prodigieusement – j’oserai dire qu’elle me stupéfie – c’est qu’à l’heure scientifique où j’écris, après les innombrables expériences, après les scandales journaliers, il puisse exister encore dans notre chère France un électeur, un seul électeur, cet animal irrationnel, inorganique, hallucinant, qui consente à se déranger de ses affaires, de ses rêves ou de ses plaisirs, pour voter en faveur de quelqu’un ou de quelque chose. Quand on réfléchit un seul instant, ce surprenant phénomène n’est-il pas fait pour dérouter les philosophies les plus subtiles et confondre la raison ? Où est-il le Balzac qui nous donnera la physiologie de l’électeur moderne ? Et le Charcot qui nous expliquera l’anatomie et les mentalités de cet incurable dément ? Nous l’attendons. » 1

« Nous n’irons plus aux urnes »

Tel est le titre de l’essai du québécois Francis Dupuis-Déri, le tout assorti du sous-titre : Plaidoyer pour l’abstention. 2 L’auteur ne se contente pas de couper les lauriers de l’électoralisme mais il argumente avec force sur l’inutilité du suffragisme. Son apologie de l’abstention est bâtie d’une part sur un refus du « vote utile » et du voter pour le moins pire, ritournelle très utilisée en France depuis plusieurs années. D’autre part sur l’inefficacité du vote en matière de transformation sociale ; d’autant que pendant longtemps les « élites » se réservèrent ce « devoir civique » par crainte des pauvres, des femmes ou des esclaves qui auraient pu en faire mauvais usage. « Élites » qui d’ailleurs, quand cela les arrange, n’hésitent à jouer de l’abstention. Pour exemple, François de Rugy dépositaire d’une proposition de loi visant à rendre le vote obligatoire, s’est abstenu de voter 398 fois sur les 648 scrutins à l’Assemblée de 2012 à 2016. 3 Son cas n’est pas unique. Le 10 mai 2019, l’Assemblée nationale débattait sur la Loi de restauration de la cathédrale Notre-Dame, suite au discours solennel de Macron déclarant que l’État restaurerait le bâtiment en moins de cinq ans. Ce jour-là, sur les 577 députés [sensés « représenter » les françaises et français- N.d.Zeka], seuls 47 étaient présents. Le taux d’abstention des parlementaires a donc atteint 92 % !

Carte postale eugène petit 1909
Vive l’Anarchie ! Carte postale d’Eugène Petit (1909)

Voter ou ne pas voter, telle est la question qu’on n’ose pas poser dans nos régimes parlementaires, où les élections sont des rituels sacrés. En défendant la légitimité de l’abstention, cet essai attaque de front la conviction selon laquelle le vote serait un devoir, et le refus de voter une dangereuse hérésie. Bien plus qu’une simple apologie de l’abstention, cet ouvrage propose ainsi une critique radicale du système électoral.

Au-delà, l’auteur dénonce les rituels d’embrigadement et d’endoctrinement de la jeunesse mis en place un peu partout pour conditionner le futur électeur. Que ce soit, lors d’élections dans les établissements scolaires, les conseils municipaux de jeunesse, etc. De fait, la critique de l’auteur porte sur le système délégataire et parlementaire du vote. En effet, il prône comme dans les écoles alternatives l’utilisation du conseil comme lieu d’apprentissage de la démocratie réelle voire de l’autogestion. En bref, Dupuis-Déri défend globalement le principe de l’action directe politique et le refus de délégation.

Le vote de facto, même dans sa forme obligatoire ou pas, n’a d’autre fonction que d’entretenir l’illusion d’un pouvoir politique détenu par d’autres. Un tour de passe-passe habilement orchestrer par les libéraux. Alors, à quoi bon élire ceux qui sont « en grande partie responsable de la situation misérable » de beaucoup ? A quoi bon, par le vote délégataire « légitimer l’élite qui gouverne, commande, autorise et interdit » ? A quoi bon, « élire des parlementaires qui ne décident plus grand-chose » quand de fait le pouvoir est ailleurs ; au FMI, à l’OMC… Enfin, « les parlementaires prétendent servir le peuple mais n’est-ce pas plutôt la population qui travaille pour les parle-menteurs ?
Continuer la lecture de « Vos urnes sont trop petites pour nos Rêves »

  1. Octave Mirbeau, La Grève des Électeurs. 1888.
  2. Nous n’irons plus aux urnes : Plaidoyer pour l’abstention (2019), par Francis Dupuis-Déri, Lux éditeur, A Publico, 192 p, 12 €.
  3. Soit environ 62% d’abstention à lui tout seul…

Contre la terreur et les fanatiques libéraux qui en tirent profit

The Face of War Skull - Salvador Dali

Au-delà de l’émоtiоn suscité par l’assassinat de Samuel Paty, le pоuvоir macrоnien effectue un virage vers l’extrême drоite. Sur fоnd de déclaratiоns irrespоnsables et prоvоcatrices, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, semble оrchestrer cette оpératiоn dоnt les principales victimes serоnt les libertés d’оpiniоn, d’expressiоn et d’assоciatiоn.

Ci-après, un petit flоrilèges desdits cоmmentaires et quelques réflexiоns au sujet des « cоrpоratismes » et des « séparatismes » passés sоus silence : ceux des riches capitalistes et des technоcrates fascistes qui nоus gоuvernent. Enfin, nous ajoutons une analyse pertinente de ACTA au sujet de l’hypocrisie des « démocraties » libérales qui prétendent combattre le terrorisme.

Continuer la lecture de « Contre la terreur et les fanatiques libéraux qui en tirent profit »

J’avais envie d’écrire une lettre…

Par : La Rédaction.


Bonjour,

Comment ça va ?
Ça va ?
J’aurai dû vous le demander tout à l’heure déjà, pardonnez-moi de ne pas l’avoir fait : est-ce que vous voulez que je mette mon masque ?
Ça va pour vous si je le laisse dans ma poche ?
Je vous demande, parce que j’ai entendu comme vous les annonces, ces derniers jours, des gens qui nous « gouvernent » parler des restrictions nouvelles liées à la pandémie et bon… voilà… je sais que ça peut être angoissant. Et je voulais amener un peu d’optimisme.
Et puis je suis heureux qu’on puisse quand même se parler.
Disons… tant que c’est possible.

Continuer la lecture de « J’avais envie d’écrire une lettre… »

Ebru Timtik… Me êfu bike !

Ebru Timkit

Par : La Rédaction

L’avocate kurde Ebru Timkit est décédée le 27 août dans un hôpital d’Istanbul. Son cœur s’est arrêté de battre après 238 jours de grève de la faim. Elle demandait un procès équitable.

Timtik a été condamné en mars 2019 à 13 ans et six mois de prison pour « appartenance à une organisation terroriste ». 17 avocats ont été condamnés en vertu de la législation « antiterroriste » turque à un total de 159 années de prison, au terme d’un procès controversé au cours duquel la défense avait dénoncé la falsification évidente des preuves et le fait que le tribunal ait accepté des témoignages anonymes.

Réclamant un procès équitable, Ebru Timkit avait entamé une grève de la faim le 2 janvier, suivie un mois plus tard par son collègue et ami Aytaç Ünsal. Ce dernier continue de se battre, mais son état est jugé extrêmement grave.

Le 14 août, la Cour suprême turque a rejeté la demande de libération des deux avocats emprisonné·e·s. L’Institut de médecine légale avait pourtant indiqué que leur état de santé était incompatible avec un emprisonnement. Malgré cela et contre l’avis de deux hôpitaux d’Istanbul, Timkit et Ünsal furent maintenus en détention. Comble de l’abomination, la Cour suprême a affirmé qu’il n’existait « aucune information permettant de penser que leur vie était en danger. »

Helin Bölek, Mustafa Koçak, Ibrahim Gökçek, trois musiciens du collectif Grup Yorum, sont également décédés en Turquie en avril et mai derniers après de longues grèves de la faim.

Ey welatê min… Me êfu bike !

[COVID-19] 9 Lignes directrices pour une politique féministe

Key Focus Areas for a Feminist Policy

Il est essentiel que les gouvernements utilisent une approche fondée sur les droits humains pour garantir que chaque femme a accès aux informations, aux systèmes de soutien et aux ressources nécessaires pendant la crise actuelle.

Nous avons reconnu neuf domaines prioritaires à considérer dans le contexte de la crise COVID-19. Ils sont énumérés ci-dessous avec une brève description des défis potentiels et des recommandations qui prennent en compte les expériences vécues des personnes en position vulnérable — en particulier les femmes et les filles qui subissent un impact disproportionné en raison de leur sexe, de leur genre et de leur orientation sexuelle — et orientent les décideurs politiques vers des solutions qui n’exarcerberont pas leurs vulnérabilités ou amplifieront les inégalités existantes et qui garantiront leurs droits fondamentaux.

Ces lignes directrices ne remplacent pas l’engagement des femmes et des filles et d’autres communautés marginalisées dans la prise de décisions, mais justifient la consultation et la diversité des dirigeant·e·s.

Continuer la lecture de « [COVID-19] 9 Lignes directrices pour une politique féministe »

Discours des Puissants au reste du Monde

Discours des Puissants au reste du monde

Par : La Rédaction

Intermède Théât… râle

Ce texte est initialement paru — sous une forme un peu différente — dans un recueil de 13 lettres imaginaires, écrites en novembre 2015, suite aux attentats qui ont endeuillés la France à cette époque. Cynique, cruelle et sans espoir, cette tragédie en un acte puise en partie son inspiration du théâtre de l’absurde de Louis Calaferte et du « Discours à la Nation » du dramaturge militant italien Ascanio Celestini.

Continuer la lecture de « Discours des Puissants au reste du Monde »

Démocratie : le paradoxe de l’individu libre et soumis

Par : La Rédaction

Tyrannie de la Majorité
Tyrannie de la Majorité – ZeK (2016).

À nos camarades de lutte, cet essai est une célébration de la liberté et de l’autonomie, un regard sur la vraie nature de ce que l’on nomme communément « l’âme collective » et qui n’est autre — à mon humble avis — qu’un raccourci théâtral pour qualifier l’absence d’individualité dans une société dominée par la pensée majoritaire. Ma réflexion s’appuie sur l’étude de plusieurs textes : De l’omnipotence de la majorité, De la Démocratie en Amérique et Comment la démocratie modifie les rapports du serviteur et du maître d’Alexis de Tocqueville, de 1984 de Georges Orwell ainsi que de l’essai Antidotes de Eugène Ionesco.
Continuer la lecture de « Démocratie : le paradoxe de l’individu libre et soumis »

Combien de queues de vache pour atteindre la Lune ?

Par : La Rédaction

Que Fer à Nantes - photo Val K
Que Fer ? ValK

Non, notre monde n’a pas toujours été ainsi. Quoi que nous laisse entendre les politiques et les médias, l’entraide, le don de soi ou la collaboration sont autant de valeurs que partagent l’humanité depuis la nuit des temps. Malgré le contexte actuel et les enjeux planétaires, malgré les violences et l’apparente imperfection du monde, il est primordial de conserver un état d’esprit positif pour avancer ensemble dans la même direction. Mais la même direction, ce n’est pas un seul chemin ou une pensée unique ! C’est un parcours main dans la main, où chacun est libre d’emprunter les voies qui sont les siennes, mais où le but ultime est d’atteindre demain, ensemble.
Continuer la lecture de « Combien de queues de vache pour atteindre la Lune ? »