« Le Maître & Marguerite », ou comment nos sociétés diaboliques tentent de nous empêcher de nous mettre en mouvement ?

Le Maître et Marguerite

Hier soir était un soir particulier. Nous avions rendez-vous au théâtre où l’on jouait Le Maître et Marguerite, une œuvre dissidente de Mikhaïl Boulgakov. Manuscrit commencé en 1928, brûlé, censuré, laissé inachevé jusqu’en 1940 à la mort de son auteur puis publié pour la première fois en 1973 : Le Maître et Marguerite est un véritable manifeste pour la liberté de penser, écrit en pleine dictature Stalinienne. À la fois conte fantastique, satire politique et histoire d’amour, ce chef-d’œuvre de la littérature russe du XXe siècle entrelace trois questions.

Premièrement, un appel à la dissidence, à l’excentricité, où l’on découvre le Diable, débarqué dans le Moscou des années 1930 sous le nom de Woland, personnage hypocrite et rusé, mais qui peut être aussi noble et généreux. Le nom Woland n’est pas russe. C’est une variante du nom du démon dans le Faust de Goethe : le chevalier Volant. Woland est venu bousculer le conformisme soviétique :

— Qui es-tu donc à la fin ?
— Je suis une partie de cette force qui, éternellement, veut le mal, et qui, éternellement, accomplit le bien. »
(Goethe, Faust).

Continue reading « « Le Maître & Marguerite », ou comment nos sociétés diaboliques tentent de nous empêcher de nous mettre en mouvement ? »

Plongée dans un état d’excitation et de terreur

La Chute de la Necropole

La Ville. Comme dans une aventure de Lemmy Caution, nos vies se mêlent aux faisceaux des autos qui passent, nos rêves s’habillent des grésillements des antennes, sous le regard bienveillant de la cité panoptique. La ville. Artères, bretelles, tunnels, parking sous-terrain, frénésie des voies rapides, ville d’ombres, villes bétonnées. Nature morte. Desseins grossiers. En un éclair, la ville ordinateur, la ville horloge, polymorphe et artificielle dévore nos dernières parcelles d’humanité.

Continue reading « Plongée dans un état d’excitation et de terreur »

Que penser de l’inexorable effondrement de notre société ?

résilience exister ValK
Exister, coûte que coûte… par ValK

Il y a des prophètes et il y a des catastrophistes. Être catastrophiste, ça ne veut pas dire croire que « tout est foutu », c’est être lucide quant aux mystères de l’avenir. Quand un évènement se produit qui contredit notre vision du monde, nous préférons déformer les faits pour les faire entrer dans nos mensonges… Continue reading « Que penser de l’inexorable effondrement de notre société ? »

Idéal qui germe sous nos pas, sous nos voix

Pancarte Révolution - ZeKa

L’État d’urgence en France a été prolongé jusqu’au 26 mai prochain. Incivilités, fraude ou acte terroriste, on y retrouve toutes sortes de délits dans un imbroglio chaotique. Les amalgames sont grossiers et révélateurs de la politique socialiste de notre époque, laquelle joue aujourd’hui le jeu de la droite et des extrêmes. Les multiples lois votées sous prétexte d’« antiterrorisme » n’ont abouti qu’à plus de fichages ADN, plus de surveillance, de prison pour les fraudeurs, de répression pour les mineurs, etc. Ces lois iniques sont promulguées avec un objectif unique, celui de criminaliser les quartiers populaires, les pauvres ou les mouvements sociaux et d’empêcher ainsi toute forme de contestation.
Continue reading « Idéal qui germe sous nos pas, sous nos voix »