Passe sanitaire : quelle surveillance redouter ?

QR Code Labyrinthe

La Quadrature du Net – Mediapart, le 19/08/2021.

Les critiques du passe sanitaire dénoncent unanimement un « danger autoritaire ». Assez justement, la CNIL elle-même présente ce danger comme « le risque d’accoutumance et de banalisation de tels dispositifs attentatoires à la vie privée et de glissement, à l’avenir, et potentiellement pour d’autres considérations, vers une société où de tels contrôles deviendraient la norme et non l’exception ». Prenons un instant pour détailler ce danger et répondre à la question : de quel type de surveillance le passe sanitaire est-il l’expression ?

Il existe déjà de nombreux « dispositifs attentatoires à la vie privée » contre la généralisation desquels nous luttons depuis des années : écoutes téléphoniques, fichage, caméras, drones, géolocalisation, logiciels espions… Pour comprendre et prévenir les dangers posés par le passe sanitaire, il faut le situer précisément au sein de cet écosystème. Certains outils de surveillance sont plus ou moins faciles à déployer, à plus ou moins grande échelle, de façon plus ou moins visible et avec des conséquences très variables. En comprenant dans quel mouvement technologique et à partir de quels outils pré-existants le passe sanitaire s’est construit, nous espérons lutter plus efficacement contre la banalisation du type de surveillance qu’il permet.

Contrôler pour exclure

Pour prendre du recul, décrivons de façon générale l’action que permet de réaliser le passe sanitaire : exclure de certains emplois, transports et lieux des personnes dont la situation diffère de certains critères fixés par l’État.
Continuer la lecture de « Passe sanitaire : quelle surveillance redouter ? »

Abolir Frontex et le régime des frontières de l’UE !

Abolish Frontex

Par : La Rédaction.

Stop the War on Migrants et AbolishFrontex sont des campagnes contre les politiques actuelles de l’UE en matière de frontières et de migration. Elles se concentrent sur la manière dont l’UE militarise la sécurité des frontières, à la fois à ses propres frontières (extérieures) et dans les pays tiers, et les sociétés d’armement et de sécurité, telles qu’Airbus et Thales, font pression et en profitent.

Ces deux campagnes réclament la fin de la sécurité aux frontières, des détentions et des expulsions, et la création d’itinéraires sûrs pour les réfugié·es, de bons abris ainsi qu’une importante remise en question sociale et environnementale pour éliminer les causes qui forcent les gens à fuir.
Continuer la lecture de « Abolir Frontex et le régime des frontières de l’UE ! »

Guerre au Tigré : Starbucks « complice » de génocide ?

Starbucks Genocide

Par : La Rédaction.

La région du Tigré, en Éthiopie, est un territoire où vivent de nombreux peuples autochtones dont la minorité ethnique éponyme, actuellement victimes d’un véritable génocide entamé par l’État Éthiopien.

Le 4 novembre 2020, le Premier ministre non élu de l’Éthiopie Abiy Ahmed a déclaré une guerre génocidaire contre le Tigré, l’État régional le plus septentrional d’Éthiopie, en collaboration avec le président totalitaire de l’Érythrée Isaias Afwerki. Depuis lors, son administration a bloqué l’accès à l’électricité, à toutes aides extérieures, à la nourriture et à l’eau potable pour des millions de civils Tigréens. Sous la direction d’Abiy et d’Isaias, les troupes éthiopiennes, les troupes érythréennes et les milices amhara ont commis d’importants crimes de guerre et de nettoyage ethnique, en massacrant des civils, en affamant les populations locales et en utilisant comme arme la violence sexuelle et sexiste contre les femmes et les jeunes filles.

Autrefois, la région du Tigré était recouverte de forêts, dont une grande partie ont été détruites au profit notamment de la culture du café, exposant les sols à l’érosion et à la désertification. Le Tigré est également l’une des régions les plus riches en métaux d’Éthiopie. On y trouve, entre autres, de l’or, du minerai de cuivre, du minerai de fer, du zinc et du plomb.

L’exportation la plus importante pour l’État éthiopien demeure néanmoins le café, qui se vend un milliard de dollars par an, alimentant en même temps la machine génocidaire. L’un des acheteurs les plus importants de café éthiopien est Starbucks, corporation qui possède pas moins de 16 858 boutiques implantées dans près de 50 pays à travers le monde. Une partie de leurs revenus alimente directement les fonds de guerre de l’État éthiopien.

Continuer la lecture de « Guerre au Tigré : Starbucks « complice » de génocide ? »

[EZLN] Première partie : Une déclaration… Pour la VIE

Enlace Zapatista - EZLN

Aux peuples du monde,
Aux personnes qui luttent sur les cinq continents,
Frères, sœurs, frœurs, compañeros, compañeras,

Durant ces derniers mois, nous avons pris contact entre nous de différentes manières. Nous sommes des femmes, des lesbiennes, des gays, des bisexuels, des transgenres, des travestis, des transsexuels, des personnes intersexes, des queers et d’autres encore, hommes, groupes, collectifs, associations, organisations, mouvements sociaux, peuples originaires, associations de quartier, communautés et un long et cætera qui nous donne une identité.

Nos différences et les distances entre nous viennent des terres, des cieux, des montagnes, des vallées, des steppes, des déserts, des océans, des lacs, des rivières, des sources, des lagunes, des races, des cultures, des langues, des histoires, des âges, des géographies, des identités sexuelles ou pas, des racines, des frontières, des formes d’organisation, des classes sociales, des capacités financières, du prestige social, de la popularité, des followers, des likes, des monnaies, des niveaux de scolarité, des manières d’être, des préoccupations, des qualités, des défauts, des pours, des contres, des mais, des cependant, des rivalités, des inimitiés, des conceptions, des argumentations, des contre-argumentations, des débats, des différends, des dénonciations, des accusations, des mépris, des phobies, des philies, des éloges, des rejets, des abus, des applaudissements, des divinités, des démons, des dogmes, des hérésies, des goûts, des dégoûts, des manières d’être, et un long et cætera qui nous rend différents et bien des fois nous oppose.

Zapatista EZLN

Il n’y a que très peu de choses qui nous unissent :

Faire nôtres les douleurs de la terre : la violence contre les femmes, la persécution et le mépris contre les différentEs dans leur identité affective, émotionnelle, sexuelle ; l’anéantissement de l’enfance ; le génocide contre les peuples originaires ; le racisme ; le militarisme ; l’exploitation ; la spoliation ; la destruction de la nature.

Comprendre que le responsable de ces douleurs est un système. Le bourreau est un système exploiteur, patriarcal, pyramidal, raciste, voleur et criminel : le capitalisme.

Savoir qu’il n’est pas possible de réformer ce système, ni de l’éduquer, de l’atténuer, d’en limer les aspérités, de le domestiquer, de l’humaniser.

S’être engagé à lutter, partout et à toute heure – chacunE là où on se trouve – contre ce système jusqu’à le détruire complètement. La survie de l’humanité dépend de la destruction du capitalisme. Nous ne nous rendons pas, nous ne nous vendons pas, nous ne titubons pas.

Avoir la certitude que la lutte pour l’humanité est mondiale. De même que la destruction en cours ne reconnaît pas de frontières, de nationalités, de drapeaux, de langues, de cultures, de races, la lutte pour l’humanité est en tous lieux, tout le temps.

Avoir la conviction que nombreux sont les mondes qui vivent et qui luttent dans le monde. Et que toute prétention à l’homogénéité et à l’hégémonie attente à l’essence de l’être humain : la liberté. L’égalité de l’humanité se trouve dans le respect de la différence. C’est dans sa diversité que se trouve sa ressemblance.

Comprendre que ce n’est pas la prétention d’imposer notre regard, nos pas, nos compagnies, nos chemins et nos destins qui nous permettra d’avancer, mais la capacité à écouter et à regarder l’autre qui, distinct et différent, partage la même vocation de liberté et de justice.

De par ce qui nous unit, et sans abandonner nos convictions ni cesser d’être ce que nous sommes, nous nous sommes mis d’accord pour :

Premièrement
Réaliser des rencontres, des dialogues, des échanges d’idées, d’expériences, d’analyses et d’évaluations entre personnes qui sommes engagées, à partir de différentes conceptions et sur différents terrains, dans la lutte pour la vie. Après, chacun continuera son chemin, ou pas. Regarder et écouter l’autre nous y aidera peut-être, ou pas. Mais connaître ce qui est différent, c’est aussi une partie de notre lutte et de notre effort, de notre humanité.

Deuxièmement
Que ces rencontres et ces activités se réalisent sur les cinq continents. Qu’en ce qui concerne le continent européen, elles se concrétisent durant les mois de juillet, août, septembre et octobre 2021, avec la participation directe d’une délégation mexicaine formée par le Congrès National Indigène-Conseil Indigène de Gouvernement, le Front des Villages en Défense de l’Eau et de la Terre des États de Morelos, Puebla et Tlaxcala, et par l’Armée Zapatiste de Libération Nationale. Et que nous aiderons selon nos possibilités à ce qu’elles se réalisent, à des dates postérieures encore à préciser, en Asie, en Afrique, en Océanie et en Amérique.

Troisièmement
Inviter les personnes qui partagent les mêmes préoccupations et des luttes similaires, toutes les personnes honnêtes et tous les en-bas qui se rebellent et résistent dans les nombreux recoins du monde, à rejoindre, à contribuer, à soutenir et à participer à ces rencontres et activités ; et à signer et à s’approprier cette déclaration POUR LA VIE.


Ejército Zapatista de Liberación Nacional
Le 01/01/2021

Constats d’AED sur la situation en milieu scolaire

Londonderry kids Christine Spengler 1972

Par : La Rédaction.

Nous partageons ici une analyse de la situation en milieu scolaire au temps de la pandémie. L’originalité, ici, réside dans le point de départ : les auteur·ice·s ne sont ni des profs ni des lycéen·ne·s ou des étudiant·es, mais des assistant·es d’éducation, qui, plutôt que de s’indigner, s’engagent à soutenir les élèves faisant face à la répression, mais aussi à écrire et à s’organiser face à la situation.

Nous partons de constats et d’expériences locales aux similitudes dérangeantes.

Pour commencer, ce qui nous pousse à écrire est le résultat d’une politique gouvernementale à long terme et la récente et courte gestion de la pandémie. De plus, si nous prenons position, c’est qu’il n’existe pas de consensus au sein du milieu scolaire et que finalement, nous ne le recherchons pas. En revanche, ce que nous poursuivons (et pas seulement dans le milieu scolaire), est de révéler un conflit et d’alimenter un rapport de force, qui, de fait, nous est encore défavorable, pour conduire à des avancées stratégiques. Pour terminer, il nous parait nécessaire de défaire une idée et de souligner que les professeur·es ne sont pas les seul·e·s qui composent la longue liste du personnel au sein des établissements scolaires. Iels ont souvent été les seul·es interlocuteur·ice·s autorisé·e·s, position qu’ils ont souvent acceptée, alors qu’une pluralité de positions existent : AESH, AED, AVS, agents, personnel administratif, médecin, documentaliste, intervenants extérieurs et tant d’autres. Il s’agit alors de ne plus cacher la multitude des expériences qui règnent, ainsi, et avant toute chose, le sort réservé aux enfants, qui seront dans les années à venir, les propagateurs culpabilisés et traumatisés du virus.

Continuer la lecture de « Constats d’AED sur la situation en milieu scolaire »

Ebru Timtik… Me êfu bike !

Ebru Timkit

Par : La Rédaction

L’avocate kurde Ebru Timkit est décédée le 27 août dans un hôpital d’Istanbul. Son cœur s’est arrêté de battre après 238 jours de grève de la faim. Elle demandait un procès équitable.

Timtik a été condamné en mars 2019 à 13 ans et six mois de prison pour « appartenance à une organisation terroriste ». 17 avocats ont été condamnés en vertu de la législation « antiterroriste » turque à un total de 159 années de prison, au terme d’un procès controversé au cours duquel la défense avait dénoncé la falsification évidente des preuves et le fait que le tribunal ait accepté des témoignages anonymes.

Réclamant un procès équitable, Ebru Timkit avait entamé une grève de la faim le 2 janvier, suivie un mois plus tard par son collègue et ami Aytaç Ünsal. Ce dernier continue de se battre, mais son état est jugé extrêmement grave.

Le 14 août, la Cour suprême turque a rejeté la demande de libération des deux avocats emprisonné·e·s. L’Institut de médecine légale avait pourtant indiqué que leur état de santé était incompatible avec un emprisonnement. Malgré cela et contre l’avis de deux hôpitaux d’Istanbul, Timkit et Ünsal furent maintenus en détention. Comble de l’abomination, la Cour suprême a affirmé qu’il n’existait « aucune information permettant de penser que leur vie était en danger. »

Helin Bölek, Mustafa Koçak, Ibrahim Gökçek, trois musiciens du collectif Grup Yorum, sont également décédés en Turquie en avril et mai derniers après de longues grèves de la faim.

Ey welatê min… Me êfu bike !

[D.i.Y.CULTURE #10] La révolution anarchiste : hier et aujourd’hui

Par : La Rédaction

DIY Culture #10Paru le 12 juillet dernier, le numéro 10 de D.i.Y.CULTURE 1, est un hommage aux guerriers de classe de la révolution anarchiste qui a commencé en Espagne en juillet 1936. Ce fut une insurrection qui a impliqué des millions d’anarchistes et, comme Orwell l’avait dit, « a mis la classe ouvrière fermement en selle ». Un événement qui a défié l’autorité de l’État, qui a combattu le fascisme bec et ongles, qui a effacé le pouvoir des flics, qui a banni le propriétaire et les gangs du crime organisé surpuissants, qui a littéralement brûlé les siècles d’oppression de l’église catholique, et qui a été le la plus grande expérience de démocratie radicale et directe de l’histoire du monde – un bouleversement social qui pouvait potentiellement être un tournant dans l’histoire de l’humanité.

En plus de 10 pages flamboyantes du collectif Gata Negra à Valence, nous avons des contributions de Stuart Christie (l’homme qui est allé tuer Franco), Ruth Kinna sur l’optimisme d’Emma Goldman, de Vipera (des anarchistes de Moscou) avec son point de vue sur l’oppression LGBT en Russie, et des nouvelles des anarcho-punks de URC (Uptight Rebels Collective) sur la répression militaire continue à Cebu City (Philippines). On y trouve aussi une lettre d’un anarchiste du Rojava que nous nous permettons de reproduire ici (en Français).

Parce que nous le fûmes, parce que nous le serons !
¡Porque Fueron Somos, Porque Somos Serán!
Because You Were, We Will Be !

Continuer la lecture de « [D.i.Y.CULTURE #10] La révolution anarchiste : hier et aujourd’hui »

  1. D.i.Y.CULTURE #10 | The Anarchist Revolution – Then And Now – Lire l’article (en Anglais)

Shut the power !

Shut the Power

Par : La Rédaction

La réglementation pour lutter contre la pandémie de COVID-19 entraîne de nombreux couvre-feux dans certaines villes, une interdiction de contact, la distanciation sociale physique imposée et d’autres mesures liberticides sans précédent tant par leur nature que par la rapidité de leur mise en œuvre.

Ces mesures politiques sont toujours accompagnées par un langage martial. Qu’on l’accepte ou qu’on le déplore, c’est la gestion de la crise par la Chine qui a dicté ces « règles » sanitaires. Mais faut-il rappeler que la Chine demeure une dictature qui surveille et contrôle la totalité de ses citoyen·ne·s, interdit toute contestation publique et punit sévèrement quiconque violerait les « règles » établies par l’élite communiste-capitaliste ? L’isolement de millions de citoyen·ne·s ne peut être réalisé que dans un système totalitaire efficace. Or le modèle de confinement chinois est devenu, à court terme, un modèle pour les gouvernements du reste du monde. Début janvier, de telles mesures liberticides étaient encore dénoncées comme totalitaires et violant les droits fondamentaux des êtres humains. Trois mois plus tard, ces mesures deviennent la norme et semblent s’enraciner désormais durablement dans les politiques d’autres régions du monde sous des formes modifiées.

Comment une pandémie peut-elle déclencher de tels programmes d’urgence et des mesures drastiques à l’échelle planétaire, là où l’effondrement climatique ne peut pas ? Cette question se doit d’être posée.

Continuer la lecture de « Shut the power ! »

[COVID-19] 9 Lignes directrices pour une politique féministe

Key Focus Areas for a Feminist Policy

Il est essentiel que les gouvernements utilisent une approche fondée sur les droits humains pour garantir que chaque femme a accès aux informations, aux systèmes de soutien et aux ressources nécessaires pendant la crise actuelle.

Nous avons reconnu neuf domaines prioritaires à considérer dans le contexte de la crise COVID-19. Ils sont énumérés ci-dessous avec une brève description des défis potentiels et des recommandations qui prennent en compte les expériences vécues des personnes en position vulnérable — en particulier les femmes et les filles qui subissent un impact disproportionné en raison de leur sexe, de leur genre et de leur orientation sexuelle — et orientent les décideurs politiques vers des solutions qui n’exarcerberont pas leurs vulnérabilités ou amplifieront les inégalités existantes et qui garantiront leurs droits fondamentaux.

Ces lignes directrices ne remplacent pas l’engagement des femmes et des filles et d’autres communautés marginalisées dans la prise de décisions, mais justifient la consultation et la diversité des dirigeant·e·s.

Continuer la lecture de « [COVID-19] 9 Lignes directrices pour une politique féministe »

[Analyse] Contre toutes les guerres, contre tous les gouvernements : comprendre la « guerre » USA-Iran

Against All Wars, Against All Governments

Via CrimeThInc.

Après la frappe aérienne américaine qui a tué le général iranien Qasem Soleimani le 3 janvier 2020 et les frappes de missiles iraniens contre les positions américaines en Irak le 7 janvier 2020, il y a eu des inquiétudes considérable quant à l’escalade de conflits, provocations ou de guerre entre les États-Unis et l’Iran.

Dans un écosystème médiatique principalement alimenté par la peur et l’indignation, les mauvaises nouvelles se propagent rapidement et les pires interprétations des nouvelles se propagent le plus rapidement. Pour notre part, nous nous attendons à ce que la guerre s’intensifie, mais qu’elle prenne une forme plus diffuse que le type de guerre conventionnelle que la plupart des gens attendent.

En tant qu’ennemi·e·s déclaré·e·s de la guerre et de la tyrannie, nous pensons qu’il est important d’élaborer une stratégie en conséquence.

Continuer la lecture de « [Analyse] Contre toutes les guerres, contre tous les gouvernements : comprendre la « guerre » USA-Iran »