Boîte à outils d’autodéfense intellectuelle

bibliotheque vigilante

Le site Bibliothèque vigilante est né d’une constatation alarmante : derrière les sites de « réinformation » se cache bien souvent des personnalités et des groupes politiques dont les prises de position et les collusions laissent peu de doutes sur leurs intentions. Face aux croyances dans les théories du complot, il n’existe pas de réponse uniforme. Toutefois, il importe que nous soyons correctement armés sur ce sujet pour y faire face.

Chacun est en droit d’avoir sa propre opinion, mais les faits sont les mêmes pour tous. (Michael Specter)

Boîte à outils d’autodéfense intellectuelle et de vérification des faits, les principaux objectifs de la Bibliothèque vigilante sont les suivants :

  • Analyser les processus de l’actuelle dynamique idéologique des sites de désinformation, au travers d’analyses, de réflexions et de décryptages.
  • Dénoncer les brouillages intellectuels et politiques bien présents dans tous nos espaces sociaux (et nos mouvements radicaux ne sont, hélas, pas imperméables à la désinformation).
  • Lutter pour un accès à une information exacte, transparente et de qualité.
  • 

Le complotisme est un produit qui génère beaucoup de plaisirs : celui d’être parmi les initiés, celui de pouvoir initier d’autres personnes, l’impression de connaître le dessous des cartes, l’impression de comprendre le monde qui nous entoure, l’impression d’une revanche culturelle face au monde savant…

Les recommandations du site ne visent donc pas à éradiquer l’ensemble des désordres liés aux fausses informations, ou « fake news », mais à renforcer la vigilance des internautes et pour aider à enrichirir notre compréhension de ce phénomène.

Historiquement diffusé sur ce blog (depuis 2013), la Bibliothèque vigilante est désormais accessible depuis un site dédié, administré et animé par un de nos fidèles compagnons de route :
https://bibliotheque-vigilante.info/

Sabotages anti-guerre en Russie

саботаж

Depuis quelque semaines, de mystérieux incendies ou des plasticages se produisent presque tous les jours dans des endroits stratégiques en Russie ou sur le territoire ukrainien occupé par la Russie. Principalement dans les oblasts de Koursk et de Belgorod, lesquels sont frontaliers avec l’Ukraine . Mais ils se produisent aussi dans l’Extrême-Orient russe voire à Moscou même, comme en témoigne le récent incendie d’un dépôt de carburant.

Ainsi, Lundi 1er Mai 2022, au cœur de la ville de Mytichtchi (oblast de Moscou), à 30 minutes à peine du Kremlin, des réservoirs de fioul ont été incendiés. Un pont ferroviaire a également été dynamité avec succès à Kursk.

L’objectif de ces attaques est évidemment de perturber les chaînes d’approvisionnement de l’armée d’invasion Russe en Ukraine.

Сопротивление и саботаж !
Нет войне !

Appel anti-guerre de l’Université de Saint-Pétersbourg

kiev lviv train 4 mars 2022
Alexander dit au revoir à sa fille Anna, âgée de cinq ans, qui part pour Lviv (Kiev, le 4 mars 2022).

Il y a quelques heures, l’Université de Saint-Pétersbourg a diffusé un appel anti-guerre, signé par plus de 2 000 étudiants, employés, universitaires et professeurs. Le même jour, un peu moins de 600 autres employés de l’Université publiaient aussi un appel… en faveur de l’invasion Russe en Ukraine. Nous partageons ci-après le premier appel :

Нет войне!

Nous considérons qu’il est moralement inacceptable de rester à l’écart et de garder le silence lorsque des personnes meurent dans un État voisin. Ils meurent par la faute de ceux qui ont préféré les armes à la diplomatie pacifique.

Nous nous opposons aux actions militaires de la Russie en Ukraine.

Nous estimons que :

  • Les méthodes juridiques et diplomatiques de résolution du conflit avec l’Ukraine n’ont pas été épuisées.
  • « L’opération militaire spéciale » de la Russie en Ukraine ne change pas son essence en changeant de nom. Une « opération militaire spéciale », c’est la guerre. Mener une « opération militaire spéciale » est un acte d’agression.
  • La guerre est un mal absolu. Nous ne reconnaissons pas l’action militaire comme un instrument efficace, juste ou conforme au droit international pour résoudre les conflits internationaux.
  • L’agression militaire est contraire à la culture et aux valeurs des citoyens de la Fédération de Russie, enseignées par l’amère expérience de la Grande Guerre patriotique, héritage de la culture artistique russe, de nature anti-guerre.
  • Les actions militaires de la Russie en Ukraine contredisent les valeurs constitutionnelles fondamentales de la Fédération de Russie – la vie humaine et la liberté.
  • Les actions militaires de la Russie en Ukraine contredisent la doctrine militaire de la Fédération de Russie, le concept de politique étrangère de la Fédération de Russie, la stratégie de sécurité nationale de la Fédération de Russie.
  • Les actions militaires de la Russie en Ukraine contredisent les dispositions fondamentales du droit international humanitaire, la Charte des Nations Unies, les obligations de la Russie en vertu de l’Acte final de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, la Charte de Paris, le Mémorandum de Budapest.

Nous appelons les communautés étudiantes et enseignantes de l’Université de Saint-Pétersbourg à s’unir contre la guerre et à s’opposer à la tenue d’une « opération militaire spéciale » en Ukraine.

Nous appelons les décideurs politiques de la Fédération de Russie à écouter les arguments en faveur de la paix et à s’élever contre la conduite d’une « opération militaire spéciale » en Ukraine.

Nous appelons le président russe Vladimir Poutine à retirer ses troupes du territoire ukrainien, à arrêter les bombardements des villes ukrainiennes et à entamer un processus de négociation honnête – sans ultimatums ni demandes de reddition pour l’autre partie

Nous remercions les diplômés de la Faculté des relations internationales d’avoir préparé et fourni un échantillon pour cet appel. Nous soutenons pleinement la lettre ouverte des diplômés de la Faculté des relations internationales de l’Université de Saint-Pétersbourg et sommes solidaires avec nos collègues internationaux qui l’ont signée (161 personnes).

Avec espoir pour la paix,
Les étudiants, le personnel et les anciens du SPbU soussignés.

Nous condamnons toute forme d’intimidation des étudiants, des anciens et du personnel du SPbU, tant de la part de l’université que de l’État russe.


Source : Meduza

Sur le mouvement anti-guerre en Russie : sondages d’opinion vs réalité

Action à Saint-Pétersbourg contre l'invasion russe de l'Ukraine, le 27 février 2022.
Action à Saint-Pétersbourg contre l’invasion russe de l’Ukraine, le 27 février 2022.

Selon les sondages d’opinion de l’État Russe, la majorité de la population soutiendrait la guerre en Ukraine. Mais peut-on faire confiance à ces chiffres ? Pour le média indépendant Meduza, Alexei Bessudnov, professeur au département de sociologie de l’université d’Exeter (Angleterre), a analysé en détail les résultats de l’enquête VTsIOM.

Selon les résultats des sondages d’opinion du VTsIOM et du FOM, plus de 60 % des Russes soutiennent l’« opération militaire spéciale » en Ukraine [c’est ainsi que les organes de propagande Russe appellent leur invasion meurtrière en Ukraine – NdT.]. Mais ces données doivent être interprétées avec prudence : selon les mêmes instituts de sondages, en Russie, des millions de personnes s’opposent à la guerre. Parmi eux, les jeunes habitants des grandes métropoles qui regardent rarement la télévision et reçoivent des informations principalement sur Internet, représente la majorité des opposants à la guerre.

Mise à jour du 06/03/2022 – 13:00 GMT :

    • Des manifestations contre la guerre ont lieu dans différentes villes de Russie, plus de 1 000 personnes ont été arrêtées. 20 personnes ont été arrêtées à Saint Pétersbourg lors d’un rassemblement anti-guerre.
    • En Russie, Mediazona, 7×7, Republic, Meduza, le journal Troitsky Variant-Nauka et d’autres publications ont été bloqués. Radio Liberty a également dû suspendre ses activités en Russie.
    • À Saint-Pétersbourg, en raison d’une action anti-guerre, la Perspective Nevski a été bloquée à plusieurs endroits, selon la Rotonde. Les forces de sécurité ont séparé des groupes de manifestants et procèdent à des arrestations massives.
    • Et à Moscou, les journalistes sont violemment évacués de la place Manezhnaya, rapporte Avtozak Live.

Graphique 1. Les résultats des sondages d’opinion « étatiques » sont quasiment les mêmes. Mais cela ne signifie pas que les Russes soutiennent la guerre

Après le déclenchement des hostilités en Ukraine, deux sociétés sociologiques — VTsIOM et FOM — ont mené des enquêtes d’opinion et interrogé la population Russe sur leur attitude face à ces événements. Les résultats montrent qu’environ 65 % des Russes sont plus susceptibles de soutenir une « opération militaire spéciale » en Ukraine. Nous insistaons sur les guillemets, car ni la Russie ni les sondeurs ne parlent jamais de « guerre » ni d’ « invasion ». L’expression en vigueur est « opération militaire spéciale », une expression que l’on pouvait lire en boucle sur RT et Sputniknews avant qu’ils ne soient blacklistés par l’Europe.

Peut-on se fier à ces chiffres ? Notons que VTsIOM et FOM sont contrôlés par l’État russe (le premier appartient à l’État, le principal client du second est l’administration présidentielle).

sondage soutien russe operation militaire Ukraine
Source des données : VTsIOM & FOM (25-27 février)

Il n’y a aucune raison de penser que les sociologues « d’Etat » falsifient directement les résultats : à peu près les mêmes valeurs ont été obtenues au cours d’un sondage téléphonique mené du 28 février au 1er mars par un groupe de sociologues indépendants.

Cependant, il existe d’autres facteurs qui peuvent grandement affecter les résultats de toute enquête, et ils doivent être pris en compte lors de l’interprétation. Notamment :

  • La formulation des questions. VTsIOM et FOM ont interrogé les répondants sur leur attitude vis-à-vis d’une « opération militaire spéciale ». Si une autre formulation avait été utilisée (« envoi de troupes en Ukraine », « opérations militaires », « guerre », « invasion »), les résultats n’auraient probablement pas été les mêmes.
  • Les sondages ont été effectués la semaine dernière, du vendredi 25 février au dimanche 27 février. Depuis, la situation n’est plus la même et le ressenti des populations Russes non plus.
  • Enfin, nous savons qu’en Russie tout le monde ne répond pas franchement à ces questions, car il existe la crainte d’être poursuivi pour des propos « anti-patriotiques ». Ainsi, très probablement, le niveau de soutien à cette invasion militaire de l’Ukraine dans ces sondages est foretement surestimé.

Graphique 2 : Les jeunes sont moins susceptibles de soutenir cette action militaire que leurs aînés

Les jeunes Russes ne soutiennent pas l'invasion Russe en Ukraine
Source des données : VTsIOM (25-27 février).

La principale caractéristique sociodémographique qui détermine l’attitude à l’égard des opérations militaires en Ukraine est l’âge des personnes sondés. Parmi les personnes de plus de 70 ans, neuf sur dix sont plus susceptibles de soutenir cette « opération militaire spéciale ». Parmi les moins de 30 ans, environ la moitié s’y opposent et, du reste, beaucoup estiment qu’il est « difficile de répondre objectivement » à la question.

Vladimir Poutine lui-même fête ses 70 ans cette année, la plupart des membres du Conseil de sécurité, qui a approuvé la reconnaissance des républiques autoproclamées du Donbass, sont ses pairs. Parmi les militaires qui combattent actuellement en Ukraine, la plupart ont moins de 30 ans.

Graphique 3. Chez les femmes, le soutien à « l’opération militaire » est plus faible que chez les hommes

Les femmes Russes sont plus anti-guerre
Source des données : VTsIOM (25-27 février).

Le sexe des répondants est une autre caractéristique dont dépendent les réponses. Les femmes sont plus susceptibles que les hommes de dire qu’elles ne soutiennent pas « l’opération militaire » ou qu’elles ont du mal à répondre. Cette différence est particulièrement notable à l’âge moyen (de 30 à 50 ans).

Graphique 4. Seuls les téléspectateurs russes sont favorable à « l’opération militaire »

part d'audience télévision propagande Russie
Source des données : VTsIOM (25-27 février).

Il n’est guère surprenant que le soutien à « l’opération militaire » soit significativement plus élevé parmi ceux qui regardent la télévision quotidiennement. Cette réalité est toutefois à double sens : non seulement la télévision se livre à la propagande, mais elle est principalement regardée par ceux qui sont d’accord à l’avance avec le contenu des programmes socio-politiques.

Encore une fois, il y a une différence d’âge importante. Parmi les plus de 45 ans, et surtout parmi les retraités, la majorité regarde la télévision tous les jours. Parmi la population jeune, quasiment personne ne le fait.

Graphique 5. Le sentiment anti-guerre est plus fort à Moscou et à Saint-Pétersbourg

Opposition anti-guerre en Russie selon villes et études
Source des données : VTsIOM & FOM (25-27 février)

Enfin, il existe une différence de soutien aux opérations militaires entre Moscou, Saint-Pétersbourg (ainsi que d’autres grandes métropoles) et les petites villes et villages. On recense plus de gens opposés à la guerre dans les grandes villes, majoritairement chez les jeunes. Enfin, les différences entre les personnes ayant fait des études supérieures et celles qui n’en ont pas faites sont moins importantes et perceptibles uniquement dans les grandes métropoles.

Mise à jour du Dimanche 6 mars 2022 :

À Novossibirsk, Taïga Info annonce que 96 personnes ont été arrêtées aujourd’hui dimanche 6 mars, lors d’un rassemblement anti-guerre. Irkutsk Insider rapporte 18 personnes arrêtées à Irkoutsk (image ci-dessous). Pour la seule journée du dimanche 6 mars 2022 et à l’heure où nous écrivons ces lignes (08:00 GMT), selon OVD-Info, 316 personnes ont été interpellées lors des manifestations anti-guerre en Russie.

18 manifestants anti-guerre arrêtés à Irkoutsk (source : Irkoutsk Insider).
18 manifestants anti-guerre arrêtés à Irkoutsk (source : Irkoutsk Insider).

De nombreuses actions ant-guerre ont lieu actuellement en Russie. Au total, selon OVD-Info, depuis le 24 février, date du début de la guerre en Ukraine, 8 349 personnes ont été arrêtées en Russie lors de manifestations anti-guerre.


Note de La Rédaction : Les données originales sont consultables sur https://meduza.io/, média indépendant en Russie (et blacklisté depuis le 5 mars 2022 en Russie).

« La Furia » : la haine ou l’apanage de la médiocrité

La haine est le virus

Par : la Rédaction.

Laurent Obertone, Papacito, Laura Magné et le belliqueux caricaturiste Marsault – autrement dit quatre des plus abjectes figures des youtubeurs fascistes et bas-de-plafond – viennent d’éditer un dernier pamphlet, sordide immondice aux relents xénophobes assumés, un tas de fumier putride et nauséabond qui sent bon le fanatisme extrémiste. Inutile de vous faire un dessin, on parle de La Furia, parfaite illustration de la bataille culturelle visant à banaliser les idées d’extrême-droite tout en tentant vainement de ridiculiser celles de la gauche. Analyse.

Continuer la lecture de « « La Furia » : la haine ou l’apanage de la médiocrité »

Cartographie de l’extrême droite française [Janvier 2022]

Cartographie de l’extrême droite française 2022 Nouvelle mise à jour d’une cartographie de l’extrême droite régulièrement publiée depuis 10 ans par La Horde, en collaboration avec le site antifasciste REFLEXes. Pour un descvriptif détaillé de la carte, vous pouvez consulter cette page (sur le site de La Horde).

Nous n’avons pas la prétention de présenter ici l’extrême droite de façon exhaustive, qu’il s’agisse de ses représentant·es ou des liens qui pourraient les relier. L’idée est simplement de proposer de façon synthétique et visuelle quelques repères pour s’y retrouver, ce qui oblige fatalement à faire des choix et parfois aussi quelques simplifications. En complément, vous pouvez consulter la Bibliothèque Vigilante, un petit guide de l’esprit critique qui recense quelques-uns des plus influents portails de ré-information affiliés à l’extrême-droite (mais pas seulement…).

icon pdf Télécharger le PDF (Fr)
(PDF – 424 Ko)

Zéro Tolérance face à l’intolérance !

Par : La Rédaction.

Suite à la violence d’extrême droite décomplexée qui s’exerce dans notre pays comme on a pu le voir au meeting d’Éric Zemmour ce dimanche 5 décembre 2021 à Villepinte, à la diffusion de leurs idées nauséabondes, réactionnaires, inégalitaires, racistes, antisémites, islamophobes, intolérantes et excluantes, nous ne pouvons rester insensibles et ne pas nous positionner.

Ainsi, à Villepinte, après avoir tabassé des membres pacifistes de SOS Racisme, des militants d’extrême-droite ont fait « la chasse » aux manifestants anti-racistes autour du meeting de leur leader nationaliste. Voilà le réel visage de l’extrême-droite : des milices ultra violentes au service des discours les plus ignobles. La situation devient trop grave pour tergiverser et se taire reviendrait en quelque sorte à cautionner ce déchaînement de violence abject.

Rappelons qu’Eric Zemmour réhabilite ouvertement le Maréchal Pétain, le Préfet Papon ou le Général Bugeaud : des tortionnaires, des assassins, des bourreaux. La violence extrême, celle des héritiers de Vichy, celle qui a raflé des enfants juifs et torturé des résistant·te·s, est du côté du candidat médiatique. » — Nantes Révoltée, 29/10/2021

Affiches Anti-Z / Extrême-droite

Ces affiches peuvent être réutilisées par qui le souhaite pour création de matériel de communication militant et respectant des valeurs de tolérance et de partage. Cliquez sur une image pour télécharger l’affiche en PDF (A4).

Le vrai visage de l'extrême-droite Le Suicide Français Le vieux monde se meurt

Un petit dernier que l’on aime bien, par Grafica Nera (Italie) :

Just do It antifa

Parfois Anti-Social. Toujours Anti-Fasciste !

Contre la terreur et les fanatiques libéraux qui en tirent profit

The Face of War Skull - Salvador Dali

Au-delà de l’émоtiоn suscité par l’assassinat de Samuel Paty, le pоuvоir macrоnien effectue un virage vers l’extrême drоite. Sur fоnd de déclaratiоns irrespоnsables et prоvоcatrices, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, semble оrchestrer cette оpératiоn dоnt les principales victimes serоnt les libertés d’оpiniоn, d’expressiоn et d’assоciatiоn.

Ci-après, un petit flоrilèges desdits cоmmentaires et quelques réflexiоns au sujet des « cоrpоratismes » et des « séparatismes » passés sоus silence : ceux des riches capitalistes et des technоcrates fascistes qui nоus gоuvernent. Enfin, nous ajoutons une analyse pertinente de ACTA au sujet de l’hypocrisie des « démocraties » libérales qui prétendent combattre le terrorisme.

Continuer la lecture de « Contre la terreur et les fanatiques libéraux qui en tirent profit »

Ebru Timtik… Me êfu bike !

Ebru Timkit

Par : La Rédaction

L’avocate kurde Ebru Timkit est décédée le 27 août dans un hôpital d’Istanbul. Son cœur s’est arrêté de battre après 238 jours de grève de la faim. Elle demandait un procès équitable.

Timtik a été condamné en mars 2019 à 13 ans et six mois de prison pour « appartenance à une organisation terroriste ». 17 avocats ont été condamnés en vertu de la législation « antiterroriste » turque à un total de 159 années de prison, au terme d’un procès controversé au cours duquel la défense avait dénoncé la falsification évidente des preuves et le fait que le tribunal ait accepté des témoignages anonymes.

Réclamant un procès équitable, Ebru Timkit avait entamé une grève de la faim le 2 janvier, suivie un mois plus tard par son collègue et ami Aytaç Ünsal. Ce dernier continue de se battre, mais son état est jugé extrêmement grave.

Le 14 août, la Cour suprême turque a rejeté la demande de libération des deux avocats emprisonné·e·s. L’Institut de médecine légale avait pourtant indiqué que leur état de santé était incompatible avec un emprisonnement. Malgré cela et contre l’avis de deux hôpitaux d’Istanbul, Timkit et Ünsal furent maintenus en détention. Comble de l’abomination, la Cour suprême a affirmé qu’il n’existait « aucune information permettant de penser que leur vie était en danger. »

Helin Bölek, Mustafa Koçak, Ibrahim Gökçek, trois musiciens du collectif Grup Yorum, sont également décédés en Turquie en avril et mai derniers après de longues grèves de la faim.

Ey welatê min… Me êfu bike !

Le Monde n’est pas Blanc ! C’est la couleur du Pouvoir…

All lives matter

On ne peut pas changer tout ce que l’on affronte mais rien ne peut changer tant qu’on ne l’affronte pas.
— James Baldwin, “I’m not your negro” (2016)

L’idée d’un « racisme anti-Blancs » empêche de penser. L’esprit se trouve comme sidéré face à cette notion dont chacun perçoit confusément le caractère antinomique, sans oser pourtant contester qu’elle puisse exister. À quel titre les injures « sale Blanc », « sale Français », « face de craie » seraient-elles en effet moins condamnables que « sale Nègre », « bougnoule » ou « youpin » ? Pourtant, on sent bien que quelque chose « ne colle pas ». Phénomène historique, politique, social, le racisme déborde bien au-delà du cadre étroit de sa définition juridique et les questions de racisme et de « racisme anti-blancs » ne peuvent être dissociées des rapports de forces et de domination qui gouvernent l’histoire des sociétés humaines occidentales à travers les siècles.
Continuer la lecture de « Le Monde n’est pas Blanc ! C’est la couleur du Pouvoir… »