Borroka ! Abécédaire du Pays basque insoumis – mauvaise troupe

En version web et en version papier, vous pouvez désormais lire les 26 lettres de cet Abécédaire du Pays basque insoumis sur le site de la mauvaise troupe.

Euskara

« Euskal Herria ez da ez Frantzia Iparrean, ez Espainia Hegoan, bi estatu hauek bertan agintzen badute ere. Behintzat, ez da soilik Espainia edo Frantzia. Kolonizatzen duten bi estatuetako erakundeek uste badute ere osoki kudeatzen dutela, lurralde hori zeharkatzen duena konturatzen da bi errealitate direla bat bestearen gainean jarriak. Hexagonoko eta Espainiako normaltasun etsigarrien aldi berean, beste mundu bat badago pilpiran, harritzen duena, lehen begiradan ia anakronikoa dena: latinoa baino soinu asiarragoa duen hizkuntza daukan herri baten mundua bere zirrituekin. Bizirik dagoen kultura daukana eta bere lurraldearen independentziaren alde borrokan dagoena. Borroka hori dela medio, gure Frantziako azterketa bideentzat partez lurralde arrotza da Euskadi. Haustura politikoak uste ez dugun lekuetan agertzen zaizkio, bertako talde edo alderdi politikoek ezagutzen ez ditugun izenak dauzkate, eta azken hirurogei urteetako borroken herentziak gauza guti du ikustekorik gurearekin. »

Français

« Le Pays basque n’est ni la France au nord, ni l’Espagne au sud, bien que ces deux États y règnent. Ou du moins il n’est pas que l’Espagne ou la France. Si les institutions des deux pays qui le colonisent prétendent entièrement l’administrer, on s’aperçoit en l’arpentant qu’y palpite un monde autre, déroutant, presque anachronique au premier regard : le monde en interstices d’un peuple à la langue aux sonorités plus asiatiques que latines, à la culture vivace, qui se bat pour l’indépendance de son territoire. « Borroka », c’est la lutte, le combat, qui fait d’Euskadi une terre en partie étrangère à nos grilles d’analyse françaises. Les fractures politiques s’y ouvrent à des endroits inattendus, les groupes ou les partis portent des noms à nous inconnus, et l’héritage des luttes de ces soixante dernières années n’a que peu de commun avec le nôtre. Il y a donc de quoi piquer la curiosité de notre génération et des suivantes, qui n’ont pas connu les luttes de libération nationale, et n’ont guère eu dans le panel de leurs choix politiques celui de la lutte armée. »

> Source : mauvaise troupe, 2019.

Crédit photo : https://mauvaisetroupe.org/