Be subversive: stay thinking!

Face à l’anesthésie hypocritement moralisatrice…

1/ Nous devons savoir de quelles manières nous sommes réellement opprimés, mais aussi de quelles manières nous sommes piégés dans une illusion dont les idées nous oppriment.

2/ Notre dépendance mentale aux « idéaux » est en réalité une projection de nos propres ressentiments et sensations de victimisation. Cela ne fera jamais avancer notre projet d’équité et de solidarité.

3/ Il faut sortir du cyber-espace. Nous ne vivons pas dans l’Internet ; y rêver serait tomber dans la « cyber-gnose. » Le monde est un lieu physique et, soit nous y sommes, soit nous n’y sommes pas.

4/ Chacun devrait se poser cette question : voulons-nous être un rat dans un mur ou un rat dans une cage ?

5/ La libération ne peut être réalisée que dans la Lutte. Cela implique une forme de sauvagerie, une évolution de l’état apprivoisé à l’état sauvage, un « retour » qui est aussi un pas en avant.

6/ Notre « pouvoir » existe non seulement au-delà du Contrôle, mais aussi au-delà de la définition, au-delà du regard et de la dénomination en tant qu’actes asservissants, au-delà de la compréhension de l’État, au-delà de la capacité de l’État à voir.

7/ Étudions l’invisibilité, le travail en réseau et qui sait à quoi nous pourrions arriver…