Cartographie de l’extrême droite française [Janvier 2022]

Cartographie de l’extrême droite française 2022 Nouvelle mise à jour d’une cartographie de l’extrême droite régulièrement publiée depuis 10 ans par La Horde, en collaboration avec le site antifasciste REFLEXes. Pour un descvriptif détaillé de la carte, vous pouvez consulter cette page (sur le site de La Horde).

Nous n’avons pas la prétention de présenter ici l’extrême droite de façon exhaustive, qu’il s’agisse de ses représentant·es ou des liens qui pourraient les relier. L’idée est simplement de proposer de façon synthétique et visuelle quelques repères pour s’y retrouver, ce qui oblige fatalement à faire des choix et parfois aussi quelques simplifications. En complément, vous pouvez consulter la Bibliothèque Vigilante, un petit guide de l’esprit critique qui recense quelques-uns des plus influents portails de ré-information affiliés à l’extrême-droite (mais pas seulement…).

icon pdf Télécharger le PDF (Fr)
(PDF – 424 Ko)

Floraisons : résister à la culture dominante par une culture de résistance

Blog Floraisons

Nos ennemis ne sont pas les entreprises, ni le capitalisme, ni même les combustibles fossiles. Toutes ces choses doivent bien sûr être supprimées rapidement, mais ce ne sont que les expressions, les symptômes, d’un problème plus profond. Pour mettre fin à la destruction du monde vivant, nous devons mettre fin à la civilisation industrielle. » — Derrick Jensen

floraisonsNotre problème est que la culture dominante est en train de tuer la planète. La civilisation industrielle détruit, exploite, aliène et transforme le monde vivant en zones mortes, marchandises, en déchets. Nous devons radicalement y mettre un terme. Voilà pourquoi notre objectif est de démanteler la civilisation industrielle, sa structure, ses hiérarchies, son idéologie et ses valeurs, pièce par pièce. Pour cela nous avons besoin de stratégies complémentaires, de tactiques diversifiées et d’actions efficaces. Mais nous avons aussi besoin d’analyses structurelles, de courage, de défiance, d’imagination et de rage. Bref, nous avons besoin d’une culture de résistance écologiste, libertaire, féministe, antiraciste, et c’est cette histoire que floraisons cherche à promouvoir.

Si résister à la culture dominante est la dernière chance de nous sauver, alors nous avons besoin d’une culture de résistance.

Lancé en 2019, floraisons est un média autonome, autogéré par des stagiaires.

https://floraisons.blog

Pandémie, crise éco-sociale et capitalisme mondial

Némésis Médicale

Par : La Rédaction.

Les épidémies ne sont pas des phénomènes naturels. Il faut plutôt les considérer comme des phénomènes socio-historiques d’apparition relativement récente.

Les premières épidémies humaines sont apparues dans le contexte de la révolution néolithique. La diffusion de l’agriculture et de l’élevage a profondément transformé notre relation avec l’environnement. La destruction et la transformation des habitats pour étendre les terres arables et la domestication des animaux pour les utiliser comme nourriture ou comme bêtes de somme est ce qui a permis aux vaches de transmettre la rougeole et la tuberculose, aux porcs la coqueluche et aux canards la grippe.

Les premières sociétés urbaines, le développement du commerce, l’esclavage et les guerres entre empires ont créé les conditions pour que les premières maladies infectieuses deviennent des épidémies. Les transformations de nos rapports avec la nature, associées à l’évolution de nos modes de vie, ont créé les conditions propices à la propagation des infections, y compris la possibilité de zoonoses, c’est-à-dire la transmission de maladies des animaux aux humains.

Continuer la lecture de « Pandémie, crise éco-sociale et capitalisme mondial »

Zéro Tolérance face à l’intolérance !

Par : La Rédaction.

Suite à la violence d’extrême droite décomplexée qui s’exerce dans notre pays comme on a pu le voir au meeting d’Éric Zemmour ce dimanche 5 décembre 2021 à Villepinte, à la diffusion de leurs idées nauséabondes, réactionnaires, inégalitaires, racistes, antisémites, islamophobes, intolérantes et excluantes, nous ne pouvons rester insensibles et ne pas nous positionner.

Ainsi, à Villepinte, après avoir tabassé des membres pacifistes de SOS Racisme, des militants d’extrême-droite ont fait « la chasse » aux manifestants anti-racistes autour du meeting de leur leader nationaliste. Voilà le réel visage de l’extrême-droite : des milices ultra violentes au service des discours les plus ignobles. La situation devient trop grave pour tergiverser et se taire reviendrait en quelque sorte à cautionner ce déchaînement de violence abject.

Rappelons qu’Eric Zemmour réhabilite ouvertement le Maréchal Pétain, le Préfet Papon ou le Général Bugeaud : des tortionnaires, des assassins, des bourreaux. La violence extrême, celle des héritiers de Vichy, celle qui a raflé des enfants juifs et torturé des résistant·te·s, est du côté du candidat médiatique. » — Nantes Révoltée, 29/10/2021

Affiches Anti-Z / Extrême-droite

Ces affiches peuvent être réutilisées par qui le souhaite pour création de matériel de communication militant et respectant des valeurs de tolérance et de partage. Cliquez sur une image pour télécharger l’affiche en PDF (A4).

Le vrai visage de l'extrême-droite Le Suicide Français Le vieux monde se meurt

Un petit dernier que l’on aime bien, par Grafica Nera (Italie) :

Just do It antifa

Parfois Anti-Social. Toujours Anti-Fasciste !

Considérations écobiologiques et politiques de notre temps

Le Triomphe de la Mort - Peter Brueghel

Par : La Rédaction.

Les choix pris par les gouvernements, dans l’intention déclarée d’endiguer l’épidémie de Covid, méritent des réflexions plus larges que celles proposées dans ce climat délétère d’opposition querelleuse et, désormais, de violence politique. En ce sens, on ne peut que se référer à la protestation qui s’exprime à partir d’août 2021 contre l’obligation de posséder le « pass sanitaire », lequel fut présenté comme un certificat de « négativité » probable — en ce qui concerne la pathologie — et une exigence pour accéder aux lieux de travail et conserver un semblant de socialisation en général.

Comme on le sait, l’argument le plus pertinent utilisé à cet égard est celui selon lequel l’obligation vaccinale limite indûment la liberté de l’individu et entraîne une grave discrimination de celles et ceux qui, pour leurs propres choix et raisons, ne veulent pas se soumettre à cette obligation. Il est important de rappeler tout d’abord les aspects les plus pertinents des différends qui nous opposent à cet égard.

Diverses parties insistent sur le fait que certains articles de loi n’excluent pas la possibilité d’obliger l’individu à un traitement médical, mais l’autorisent à condition que cette obligation soit régie par une loi respectueuse de la dignité des personnes. Il est également important de rappeler que l’obligation de posséder le « pass sanitaire » a été ordonnée — instrumentalisée — précisément pour éviter l’imposition d’un traitement de santé obligatoire, c’est-à-dire l’obligation de vaccination généralisée qui entraînerait une responsabilité considérable de l’État en cas d’effets indésirables aux traitements. De même, il faut rappeler que parmi les arguments de celles et ceux qui s’opposent à l’imposition du « pass sanitaire », on trouve celui selon lequel cela impliquerait une obligation vaccinale, puisque cette dernière est la seule condition pour obtenir ce sésame et pour maintenir sa validité d’une manière durable. Enfin, il faut considérer que parmi les candidats les plus influents du pass, beaucoup soutiennent que l’imposition d’une obligation de vaccination collective explicite serait préférable, précisément parce qu’elle impliquerait une prise en charge claire de la part de l’État. De ce point de vue, l’obligation ne représenterait peut-être pas une atteinte à la liberté de l’individu.
Continuer la lecture de « Considérations écobiologiques et politiques de notre temps »

« Je hais les indifférents »

Héroïnes et héros aux vies englouties

Par : La Rédaction.

« Un évènement tragique… », titrent les chroniqueurs adeptes de l’avilissement, les pauvres d’esprits et les réacs de comptoir, noyés dans les vapeurs apéritives de leurs agapes de fin ou de nouvelle année, tous munis de leur attestation de double dose de sérum et donc immortels, pour un instant, pour un instant seulement.

Je paraphrase Gramsci qui, en 1917 écrivait à-peu-près ceci :

« Je hais les indifférents parce que leurs pleurnicheries d’éternels innocents me fatiguent. Je demande à chacun d’eux de rendre compte de la façon dont il a rempli le devoir que la Vie lui a donné et lui donne chaque jour, de ce qu’il a fait et spécialement de ce qu’il n’a pas fait. Et je sens que je peux être inexorable, que je n’ai pas à gaspiller ma pitié, que je n’ai pas à partager mes larmes. […] Et celui qui reste à la fenêtre, à guetter, veut profiter du peu de bien que procure l’activité de peu de gens et passe sa déception en s’en prenant à celui qui s’est sacrifié, à celui qui a disparu parce qu’il n’a pas réussi ce qu’il s’était donné pour but. Je vis, je suis partisan. C’est pourquoi je hais qui ne prend pas parti. Je hais les indifférents. »

Aucun être humain n’est illégal

Chaque personne a le droit de décider dans quel endroit elle vit. Chaque personne a le droit de décider de le quitter comme d’y revenir. On ne lutte pas contre les discriminations par des discriminations. On ne lutte pas contre la xénophobie en en reprenant sinon les termes, du moins les problématiques. On ne lutte pas contre le racisme en faisant semblant d’accueillir, pour ensuite passer au cas par cas, en demeurant dans l’inégalité des droits, qui est en soi une discrimination.

Husain, Shahwali, Maryam…

Plus je lis ces cruelles odyssées, plus me prend à penser que les mémoires de ces femmes, de ces hommes et de ces enfants sacrifiés sur l’autel de la honte, sont bien plus vivantes que nombre d’entre « nous ».

Je m’incline. Et je rend honneur à toutes celles et à tous ceux que ces drames rendent encore malades.

Pour la Vie !

La Haine, mal incurable

Par : C’’ Nabum (27 août 2021).

Le Tonneau de la Haine Charles Baudelaire peinture John William Waterhouse les Danaïdes 1903De cette crise qui risque fort de s’éterniser tant tous les ingrédients qui y ont été distillés sont d’abord pensés pour fracturer la société, diviser les nations, insuffler la peur, la méfiance et la suspicion. Le mensonge a été le moteur premier d’une stratégie qui ensuite a visé à faire de l’argent de tout et surtout de nos vies.

Il a fallu avaler des couleuvres, renoncer à des droits, accepter des régressions immenses pour au final se contenter de n’être plus que des pions dans les mains d’apprentis sorciers. La science a voulu prendre le pouvoir, bien aidée par des politiques incapables de convaincre autrement que par la sanction, la menace et la contrainte. Depuis longtemps les pédagogues savent que ce sont les pires solutions pour obtenir l’adhésion de tous.

Puis la mayonnaise a fini par prendre en constituant deux camps, assez inégaux numériquement mais pareillement odieux dans leur manière de penser l’autre camp. Les chantres du miracle vaccinal vouent désormais les inquiets, les sceptiques, les hostiles, les réfractaires au vaccin à la mort lente, sans assistance médicale et avec tous les coûts à leur charge. Un sentiment d’une remarquable humanité, la même qui du reste laisse les pays pauvres à l’écart de la solution vaccinale. Ceux-là ont tout oublié de la solidarité, de la charité et de l’amour de leur prochain.

Les autres s’en prennent non aux décideurs mais à ceux qui œuvrent en conscience pour venir en aide aux autres : pharmaciens, infirmiers, médecins. Ils deviennent intolérants, niant aux autres le droit de ne pas penser comme eux. Ils se font ainsi aussi tyranniques qu’un pouvoir qui n’agit que par la contrainte. Pour ne pas être en reste dans la nouvelle empathie sanitaire, ils vouent les vaccinés à la mort sous le énième variant, enfant illégitime de vaccins mortifères.

Pour corser le tout, les références historiques pleuvent dans les deux camps avec une exagération qui n’a rien à voir avec la réalité d’une épidémie qui ne peut se comparer aux fléaux du passé. C’est une fois encore en jouant à plaisir d’une communication anxiogène et répétitive à la nausée que le pouvoir a voulu créer cette comparaison fallacieuse. Le Covid n’est ni la peste, ni le choléra, ni même la grippe espagnole. Mais en face, pour symboliser les dérives de l’Apartheid sanitaire, l’étoile jaune est venue ternir le débat. Comparaison indigne et sans aucun objet.

Cependant, la facilité des uns à bénéficier de droits désormais retirés aux autres atteste que le naturel revient vite au galop, qu’une majorité peut se penser légitime à bénéficier de droits qui sont interdits aux autres. C’est cette suffisance de ceux qui exhibent ce sésame de la honte qui entraîne des réactions plus exécrables encore chez ceux qui se sont exclus d’eux-mêmes de ce droit.

Dans les deux camps, à gauche, à droite, le même prosélytisme, la même morgue, la même certitude quasi-mystique en une pensée qui se prive radicalement du doute, de la raison, de la tolérance et de la sagesse. Tout ceci ne peut mener qu’à la fragmentation, au conflit, au pugilat et pire encore. Car il y a des dirigeants qui soufflent sur les braises, attisent l’incendie pour des fins électorales.

Il n’est pas de notre propos de savoir qui a raison et qui a tort. Nous croyons du reste que la vérité n’est pas si simple à débusquer dans ce maquis de contradictions et de données erronées, falsifiées et même fabriquées de toutes pièces chez les uns et chez les autres. Nous tenons simplement à vous mettre en garde et vous appeler à retrouver la raison.

La haine est un mal bien plus insidieux que cette maladie. Quand elle s’insinue ainsi, elle a des effets à long terme, souvent irrémédiables et terriblement nuisibles, parfois mortels. Nul ne sait qui pense tirer profit de cette plaie purulente qui touche désormais en profondeur toutes les composantes de notre réseau personnel : famille, amis, collègues, voisins, relations, inconnus… Nous sommes au bord de l’implosion et aucun vaccin ne viendra réparer cela.

Prophétiquement vôtre.

La Haine est le tonneau des pâles Danaïdes ;
La Vengeance éperdue aux bras rouges et forts
A beau précipiter dans ses ténèbres vides
De grands seaux pleins du sang et des larmes des morts,

Le Démon fait des trous secrets à ces abîmes,
Par où fuiraient mille ans de sueurs et d’efforts,
Quand même elle saurait ranimer ses victimes,
Et pour les pressurer ressusciter leurs corps.

La Haine est un ivrogne au fond d’une taverne,
Qui sent toujours la soif naître de la liqueur
Et se multiplier comme l’hydre de Lerne.

– Mais les buveurs heureux connaissent leur vainqueur,
Et la Haine est vouée à ce sort lamentable
De ne pouvoir jamais s’endormir sous la table.”

— Charles Baudelaire, Le tonneau de la haine, in Les Fleurs du mal (1857).

Passe sanitaire : quelle surveillance redouter ?

QR Code Labyrinthe

La Quadrature du Net – Mediapart, le 19/08/2021.

Les critiques du passe sanitaire dénoncent unanimement un « danger autoritaire ». Assez justement, la CNIL elle-même présente ce danger comme « le risque d’accoutumance et de banalisation de tels dispositifs attentatoires à la vie privée et de glissement, à l’avenir, et potentiellement pour d’autres considérations, vers une société où de tels contrôles deviendraient la norme et non l’exception ». Prenons un instant pour détailler ce danger et répondre à la question : de quel type de surveillance le passe sanitaire est-il l’expression ?

Il existe déjà de nombreux « dispositifs attentatoires à la vie privée » contre la généralisation desquels nous luttons depuis des années : écoutes téléphoniques, fichage, caméras, drones, géolocalisation, logiciels espions… Pour comprendre et prévenir les dangers posés par le passe sanitaire, il faut le situer précisément au sein de cet écosystème. Certains outils de surveillance sont plus ou moins faciles à déployer, à plus ou moins grande échelle, de façon plus ou moins visible et avec des conséquences très variables. En comprenant dans quel mouvement technologique et à partir de quels outils pré-existants le passe sanitaire s’est construit, nous espérons lutter plus efficacement contre la banalisation du type de surveillance qu’il permet.

Contrôler pour exclure

Pour prendre du recul, décrivons de façon générale l’action que permet de réaliser le passe sanitaire : exclure de certains emplois, transports et lieux des personnes dont la situation diffère de certains critères fixés par l’État.
Continuer la lecture de « Passe sanitaire : quelle surveillance redouter ? »

Pour la quiétude de la vie & le respect de la biodiversité

petite pie libérée

Reçu par mail.

En France, 20 espèces d’oiseaux sont encore chassés et piégés alors que leur population ne cesse de décroître. Cest le cas notamment de la tourterelle des bois qui a perdu 80% de sa population. Hier au soir, sur la commune de Plessé (Loire-Atlantique), nous avons libéré quatre pies d’un piège octogonal meurtrier installé par un agricult(u)eur. Trois des oiseaux se sont envolés à tire-d’aile, le quatrième, moins chanceux, avait la queue brisée…

Comble de l’aberration, cet agriculteur, un des plus gros industriels en production laitière sur la commune est labellisé… agriculture biologique ! C’est chez ce même individu que nous avions, le mois dernier, sauvé in extremis un chat d’une horrible noyade dans une fosse à lisier grillagée… de 3 m de profondeur. De ce sauvetage une question demeure : que faisait-il ici ?

Abomination écologique, monstruosité du point de vue éthique, le piégeage est une pratique atroce et pourtant légale. Le massacre de la chasse, la guéguerre permise aux hommes en temps de paix, en est de même ! Pourtant, nous continuerons de détruire les pièges et les installations de chasse, où qu’ils soient et quelques soient les réglementations en vigueur.

Pour la vie !
Pour l’abolition du piégeage et de la chasse !

Abolir Frontex et le régime des frontières de l’UE !

Abolish Frontex

Par : La Rédaction.

Stop the War on Migrants et AbolishFrontex sont des campagnes contre les politiques actuelles de l’UE en matière de frontières et de migration. Elles se concentrent sur la manière dont l’UE militarise la sécurité des frontières, à la fois à ses propres frontières (extérieures) et dans les pays tiers, et les sociétés d’armement et de sécurité, telles qu’Airbus et Thales, font pression et en profitent.

Ces deux campagnes réclament la fin de la sécurité aux frontières, des détentions et des expulsions, et la création d’itinéraires sûrs pour les réfugié·es, de bons abris ainsi qu’une importante remise en question sociale et environnementale pour éliminer les causes qui forcent les gens à fuir.
Continuer la lecture de « Abolir Frontex et le régime des frontières de l’UE ! »